events(@)hospitality-on.com/+33 (0)1 56 56 87 71

  • Français
  • English

Renaissance Paris République - ELEGANT WILD VIBRANT

Avec l’Hôtel Renaissance République, le groupe Marriott inaugure au cœur de Paris un nouveau concept hôtelier 5 étoiles dont l’architecture intérieure a été confiée à Didier Gomez. Renaissance transcende les codes de l'hôtellerie de luxe classique en créant un espace unique et multiculturel en adéquation avec le quartier de la République et l’architecture du bâtiment des années 70. Ouvert sur la Ville Monde, l’établissement établit un dialogue pérenne entre l’art et l’hôtellerie en célébrant aussi bien le luxe à la française que les cultures étrangères ou urbaines. Renaissance République incarne le multiculturalisme parisien et s’adresse aussi bien aux touristes français et étrangers qu’aux habitants du quartier et aux parisiens.

Un emplacement et un bâtiment décalés

Premier 5 étoiles du Nord-Est parisien, voisin de la Place de la République, à deux pas du Canal Saint-Martin et proche du Haut Marais, le Renaissance Paris République s’invite dans un quartier en pleine mutation, vivant et cosmopolite, un lieu de mémoire et d’histoires.

Redessiné par l’architecte parisien Eric Haour, cet ancien bâtiment de bureaux de 3 500 mètres carrés a conservé ses hublots-sarcophages uniques.

Il offre 121 chambres dispatchées sur neuf étages, un restaurant, un bar, un spa, trois salles de réunion et trois niveaux de parking.

La décoration se déploie autour de deux dominantes : l’utilisation du teck, matériau emblématique des années 50 à 80 à la connotation exotique et le gris, la couleur de Paris.

Une décoration d’inspiration multiculturelle

‘’ Le vrai Paris, c’est celui des Parisiens, pas celui des touristes !’’ lance Didier Gomez.

Le Renaissance République célèbre l’élégance parisienne : le mobilier vintage rare chiné aux quatre coins de la capitale, les luminaires des années 1950, 60 et 70 à nos jours et les pièces signées par le décorateur côtoient photos, tableaux et œuvres d’art des artistes majeurs de ces époques jusqu’au street art du graffeur franco-africain Kouka qui intervient sur toutes les façades vitrées de l’hôtel.

Les 121 chambres de l’hôtel aux jolis tons gris, de la couleur de Paris, inspirées par l’art des années 50 et 60 évoquent des ateliers d’artistes.

Le quartier de la République mixant des populations parisiennes d’origines très différentes, Didier Gomez a souhaité rendre un hommage subtil à chacune de ses ‘’tribus’’ aux influences venues d’ailleurs, en voici quelques exemples :

  • Les « guerriers bantous de la République », torse nu et muscles saillants, vêtus d’un simple pagne blanc et munis d’une lance, de l’artiste franco-congolais street art Kouka qui ornent la façade de l’hôtel
  • Griffé de motifs ethniques, africains ou indiens, le lobby de l’hôtel qui s’inspire du métissage du quartier République et habille les espaces des fauteuils graphiques d’Hamilton Conte, des œuvres originales des pointures de la céramique française, Claudine Monchaussé et Gustave Tiffoche
  • le motif à facettes ‘’origami’’ japonais qui recouvre la surface des bars de l’hôtel, motif décoratif japonais emblématique de toute l’Asie
  • boutis aux dessins d’inspiration africaine sur les lit
  • chevets asiatiques et tapis d’artistes chinois vivant en France
  • Un fort ancrage dans le monde de l’art

L’immeuble, conçu dans les années 70 par l’architecte Jean-Jacques Fernier, Grand Prix International d’Urbanisme et d’Architecture, vide d’occupants, fut investi en décembre 2010 par une communauté d’artistes des plus divers. Le squat rebaptisé alors Le ‘’Château d’Albat’art’’ dura sept mois. Il fut le cadre d’une intense activité créatrice dont l’esprit perdure dans le concept de l’hôtel :

 Des collaborations artistiques

Le Renaissance Paris République invite les artistes, émergents ou confirmés du mouvement street art à s’exposer sur les murs de l’hôtel, du lobby aux chambres, sur le rooftop comme au parking. Au street art se mêlent d’autres formes d’art. Les créations des céramistes les plus doués.

Cinq artistes ont également été sélectionnés par Didier Gomez pour créer toutes les llustrations de l’établissement sur le thème d’une balade dans un autre Paris

La défense de l’artisanat français

Hôtel engagé, le Renaissance Paris République défend l’artisanat français comme en témoigne l’art de la table choisi et la ligne de couteaux de Roland Lannier jouant sur l’élégance de la céramique et du bois.

Dans le lounge de l’hôtel, un mini concept-store propose une sélection d’objets et de coups de cœur à emporter.

Un lieu ouvert sur l’extérieur

Les différents espaces (bibliothèque, bar et restaurant) fluides et communicants, donnent sur un magnifique jardin végétalisé où déjeuner tard les jours d’été et prendre un verre après minuit, faisant de Renaissance République un véritable lieu de passage convivial, propice à la flânerie.

Comptoir du matin et bar à cocktail du soir, le bar Martin du Renaissance Paris République est un point de ralliement tandis que le restaurant Origine propose une nouvelle table de quartier privilégiant les valeurs terroir et les circuits courts.

Tous les mois, le Renaissance Paris République organise ses happenings artistiques. Peintres, tatoueurs, plasticiens, dessinateurs s’approprient, à tour de rôle, le menu du bar transformé en un fanzine et signent des sous-bocks collectors.

Conclusion :

Le mélange de tous ces points de vue qui replacent l’humain et la culture au cœur du projet, confère à l’établissement une identité forte et multiculturelle à l’image de Paris, la Ville Monde et lui permet de se hisser au rang des lieux incontournables et emblématiques de la vie parisienne.

Autre document : Annexe